la Fédération CGT des cheminots suspend son appel à la grève pour le 23 novembre 2008

Publié le par pas62

Lire le communiqué fédéral


Télécharger le Fichier : communique federal 211108.doc


Lire aussi le Releve definitif conclusions concilation du 19 novembre 2008.doc


 

Conserver le rapport de force

Pour gagner tous ensemble!

 




D

epuis plusieurs mois, la Direction veut déréglementer le travail au fret. Dans les pas du gouvernement, menaces sur la charge de travail, chantage économique et appel au volontariat, tout a été entrepris pour convaincre idéologiquement les cheminots et masquer les véritables enjeux de cette stratégie. Le Fret est utilisé pour expérimenter ce que la Direction entend généraliser dans tous les services afin d’accroître l’autonomie des activités et au final éclater l’entreprise publique intégrée pour casser l’unicité du statut des cheminots et leurs conditions de travail.

Que de chemin parcouru depuis juin 2008 et la première action de la CGT…

 

Par une démarche constructive alliant débats, propositions alternatives et actions pour sortir le Fret SNCF de la spirale du déclin dans laquelle sa Direction l’a engagé, la Fédération CGT des Cheminots et ses militants combattent  pied à pied cette politique de régression sociale.

 

Les mobilisations en juin, celles du début septembre 2008, les manifestations du 7 octobre 2008, la grève du 6 novembre, les 25 000 cheminots battant le pavé parisien le 13 novembre 2008, et la DCI puis le préavis de grève lancé pour dimanche soir, ont contraint la Direction à retirer ses roulements de volontaires intégrant la déréglementation qu’elle entendait mettre en œuvre au fret dès le prochain service.

 

N’en déplaisent à la FGAAC et à la CFDT qui ont négocié la déréglementation, la mobilisation à la traction contraint la direction à retirer ses roulements rétrogrades !

 

Pour ne pas perdre la face et reconnaître son obligation de reculer face à la détermination des cheminots de la traction, la Direction a tenté d’ultimes manœuvres avec ses alliés de circonstance, le tandem FGAAC-CFDT.

 

Préavis, pseudos négociations à la suite, validant de fait la déréglementation au fret n’ont pour autant pas fait illusion. En permettant la parution précipitée du décret 2008/1198 le 19 novembre, ce nouvel acte de compromission est néanmoins lourd de sens.

 

En s’appuyant sur ces organisations syndicales,  et un gouvernement jouant  la provocation, publiant un décret tout en sachant qu’il ne sera pas appliqué, la Direction spécule sur l’impopularité d’une grève que les médias annoncent d’ores et déjà comme politique, ce qui lui fournirait un nouvel argument pour accélérer la filialisation du fret.

 

Ne lui faisons pas ce cadeau !

Personne ne l’ignore, un décret ne se retire pas : il est mis en application ou pas !

Seul un nouveau décret peut en annuler un autre et seul le gouvernement peut en prendre la décision.

 

A ce jour les dérogations contenues dans le décret ministériel ne sont pas mises en application à la SNCF !

 

La charge de travail reste intégralement assurée dans le cadre de la réglementation actuelle !

 

Ces nouvelles avancées sont un point d’appui pour aller vers d’autres conquêtes sociales.

 

C’est pourquoi le rapport de forces et la détermination doivent rester intacts pour mettre sous vigilance le contenu du changement de service du 14 décembre 2008. Toutes les UP Traction, sur tout le territoire, doivent retrouver leur charge de travail, et voir leur pérennité garantie.

 


Dans cette perspective, la  Fédération CGT des cheminots suspend son appel à la grève pour le 23 novembre 2008. Elle dépose deux  nouvelles demandes de concertation immédiate (DCI) au niveau national et appelle dans le même temps ses organisations à en faire de même localement :

 

La première à la traction afin de mettre sous le contrôle des agents de conduite les décisions gagnées par la mobilisation et de peser sur le prochain changement de service autour des questions de charges de travail, conditions de travail, mixité des roulements, respect de la réglementation actuelle, et de l’avenir des UP.

 

En outre, la fédération CGT dépose une demande de concertation immédiate pour tous les services de la SNCF afin de permettre la construction d’un mouvement social de haut niveau par lequel tous les cheminots pourront imposer d’autres choix stratégiques et ainsi gagner sur leurs revendications (réorganisations, emploi, salaires) pour un service public SNCF efficace répondant aux besoins des populations.

 

Une fois encore, par la mobilisation, la détermination et la lucidité, démonstration est faite que l’on peut inverser la donne !

 

 

Montreuil le 21 novembre 2008 20 h

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article